Écologie (fr)

Écologie (fr)

SHARE

EXTRAIT DU COMPTE RENDU DU VOYAGE DE JUILLET 2002 : ÉCOLOGIE – RAZZIA SUR LE TRITRI –


Depuis maintenant plusieurs années, on assiste à un pillage incessant des TRITRIS. ressource haïtienne en petits crustacés de la baie de Aquin. Les crevettes adultes viennent se reproduire dans les mangroves entourant la baie, zones également propices à la reproduction de nombreuses autres espèces piscicoles. Les œufs des femelles donneront naissance aux TRITRIS.jeunes crustacés qui passeront ensuite par différents stades de développement propres à cette classe d’arthropodes et atteindront leur taille adulte après le passage inévitable par une série de mues, si bien entendu l’homme leur en laisse le temps …

Lors de ce processus de croissance, des glandes cutanées de l’animal vont produire des enzymes qui digéreront la couche interne de l’ancienne cuticule. Il se crée alors un vide entre celle-ci et les couches musculaires sous-jacentes, où se forme la nouvelle carapace. Dès que cette dernière est prête, la vieille cuirasse éclate et il en sort un crustacé vêtu de chitine fraîche, encore plissée, souple et transparente. Elle se déplissera et se durcira ensuite relativement rapidement. Ce processus se poursuivra tout au long de la vie de l’animal, même lorsqu’il aura atteint sa taille adulte.

Les crevettes arrachées à leur milieu naturel sont généralement destinées à la consommation humaine, mais les procédés de séchage peu efficaces ou la mauvaise conservation de ces crustacés conduisent à un gaspillage considérable de la ressource. De plus, les méthodes de pêche employées, non sélectives, peuvent conduire à des perturbations sérieuses de la diversité écologique du milieu ou détruire l’habitat naturel d’autres espèces.

Les perturbations de l’écosystème touchent également la chaîne trophique. Il faut en effet savoir que ces petits crustacés constituent la base du régime alimentaire d’autres organismes tels que des poissons planctonivores présents dans les eaux de la baie. Le pillage de la ressource en crustacés conduira inévitablement à la fuite de leurs prédateurs naturels vers des eaux plus accueillantes.

Les résultats de ce pillage se font déjà sentir à certains endroits où les résultats des pêches sont de plus en plus dérisoires. A terme, si l’on ne fait rien, on risque d’assister à un appauvrissement considérable de la faune halieutique de la baie. Toutefois, il ne faut pas perdre de vue que la pêche à outrance ne constitue qu’une des facettes de la dégradation de l’écosystème marin haïtien. Le déboisement des mangroves, l’envasement des récifs coralliens ou la perdition de la qualité de l’eau suite au rejet des eaux usées de la ville constituent d’autre problématique à prendre en compte.

Quoi qu’il en soit, une meilleure gestion de la ressource halieutique permettrait la croissance des TRITRIS dont la vente pourrait s’avérer plus rentable pour les pêcheurs, mais elle permettrait également un retour de leurs prédateurs naturels. A l’instar de ce qui se fait dans d’autres pays, cette meilleure gestion pourrait passer par l’établissement de périodes bien définies pour la pêche, de systèmes de quotas ou bien encore de taille minimale de capture. Ainsi, à terme, une gestion plus respectueuse de l’environnement et de la vie animale permettrait à tout le monde d’y gagner.

Claude Lombart

SHARE
The Haitian Resource Development Foundation prioritizes programs that enable and empower various Haitian locales to further personal and collective independence. Engaging in a range of programs over 20 years, the HRDF continues a commitment to providing measurable results for program beneficiaries and program benefactors. Working with multiple international partners from North America and Europe, the HRDF is committed to fundamental improvements in Haitian villages to ensure greater economic vitality in the near future.